Ça parait logique, a priori, à la majorité d'entre vous : moins un produit a parcouru de kilomètres, mieux c'est pour l'environnement ? Eh bien ça n'est pas si simple !

Quelles ont été les conditions de production ? Génèrent-elles ou pas des gaz à effet de serre (chauffage, serres chauffées par exemple !) D’où viennent les matières premières ? Comment est gérée la logistique ? Car figurez-vous que les émissions par kilomètre parcouru et par tonne transportée sont environ 10 fois plus faibles pour un poids lourd de 32 tonnes et 100 fois plus faibles pour un cargo transocéanique que pour une camionnette de moins de 3,5 tonnes : ils permettent de parcourir de plus grandes distances avec un impact gaz à effet de serre équivalent. Si en plus la camionnette est peu remplie et revient à vide….
Evidemment, ceux qui me connaissent savent bien que je ne fais pas l’apologie de la production et/ou de la distribution de masse. Mais je vous invite juste à être plus nuancés dans vos choix. Ça ne peut pas être « Moi j’achète local avant tout, et comme ça je suis sûr que c’est mieux « , vous seriez dans l’erreur.
Au contraire, pouvez-vous connaître dans quel esprit travaille le producteur ? Est-il bien attentif à minimiser son impact ? Ses serres sont-elles chauffées ou pas ?Comment gère-t-il ses déchets ? etc. En circuits courts, on a plus de chance d’avoir la réponse.
Sinon vous pouvez choisir des producteurs engagés  dans la bio, la biodynamie, Nature & Progrès, etc. Ils respectent un cahier des charges, acceptent d’être contrôlés et confrontés sur leurs pratiques…
Oui je sais, ça n’est pas simple ! C’est un cheminement intéressant à adopter, me semble-t-il, pour être un véritable consom’acteur, non ?

Si ovus oushaitez creuser la question,

ous pouvez téléchargez le rapport de l’ADEME sur le sujet, c’est passionnant !

avis-ademe_circuits-courts_201706

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *